Depuis trop longtemps négligée et méprisée, et bien que le chemin soit encore long, l'endométriose est en passe d'etre mieux reconnue, mieux comprise et mieux diagnostiquée. Loin d'etre un sujet leger, l'endométriose atteint 10% des femmes et doit être mis en lumière dans notre société.

Ce petit article a pour vocation de donner quelques éléments de compréhension pour celle ou celui qui ne sait rien de l'endométriose sur un ton plus sympa.

Anatomie

L'utérus est coupé pour voir dedans! Je ne l'ai pas représenté pour que le dessin soit plus joli, mais le long des trompes de Fallope, il y a un canal, et dans celui-ci, le spermatozoïde rencontre l'ovule (et paf, ca fait des chocapics)!

What's happening là dedans ?

Normalement =

REGLES !

Chez une femme sur dix =

ENDOMETRIOSE (non tu n'es pas seule...)

All is allright!

Le tissu endométrial va coloniser ses alentours (souvent même le colon et la vessie!) et faire des nodules et des kystes ovariens... Les kystes peuvent même venir boucher le canal des trompes de Fallope, perturbant ainsi la fertilité... Bien sûr il peut y avoir des pertes classiques en parallèle (tout le tissu ne s'éparpille pas)

Lors des cycles suivants, les sécrétions hormonales font s’épaissir l’endomètre (c’est normal, c'est comme ca chez toutes les femmes) et du coup les nodules (fait de cellules endométriales donc) s’inflamment, saignent, font mal puis cicatrisent et font des adhérences ! Avec le temps, les cycles faisants, les adhérences deviennent plus grosses et plus rigides.

Les adhérences perturbent les mobilités (organes, muscles, articulations) et le passage des vaisseaux et des nerfs.

Conséquences

Le douleur !

C'est le principal et le plus fréquent des symptômes dans l'endométriose. La douleur va se manifester de manières trés differentes d'une femme à l'autre. Parfois dans le petit bassin, parfois entrainant des sciatique, parfois des lombalgie, parfois cyclique, parfois permanente, parfois peu intense mais pouvant etre si aigue qu'elle en devient handicapante !

Malheureusement, la douleur est souvent accompagnée d'autres symptomes...

Dépression

Saignements divers (spottings souvent)

Troubles digestifs (constipation et diarhées)

Infertilité

Et d'autres symptomes peuvent être encore possible...

Quelles solutions ?

Malheureusement les solutions actuelles sont assez invasives, bien evidemment la décision sera à prendre avec le medecin en mesurant les avantages et les inconvenients.

L'hormonothérapie, qui permet d'apaiser l'endométriose en empéchant la survenue des cycles, ainsi les adhérences et les kystes ne s'aggravent pas (puisque comme nous l'avons vu ce sont les cycles qui créent l'endométriose). D'ailleurs la ménopause met naturellement un point final aux douleurs liées à l'endométriose.

La chirurgie, qui consiste à retirer un maximum d'adhérences lorsque celle ci en sont à un stade avancé. Mais celle-ci ne convient pas à tous les types d'endometriose et peut presenter des effets secondaires (stérilité, incontinences, etc.)

Et l'ostéopathie dans tout ça ?

L'ostéopathe, à l'aide de son super sabre laser anti-adhérences (mais surtout de ses mains et de ses connaissances) va chercher à determiner le lieu des restrictions de mobilités les plus importantes, celles responsables des symptomes. Puis va à l'aide de manipulations douces (meme si parfois ca peut faire un peu mal sur le moment) chercher à casser ces adhérences qui restreignent les mobilités, mais également va travailler de manière à ce que la circulation (sanguine, lympathique et nerveuse) soit facilitée là où des adhérences peuvent obstruer le passage!

Ainsi l'ostéopathie va aider à diminuer l'intensité des symptomes, mais egalement à limiter l'evolution des adhérences.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.